Généralités

La responsabilité de l’identification du client incombe à la personne qui effectue le prélèvement.

  • Faire la vérification du dossier, analyses et destinataire (prescripteur).
  • Identifier l’usager
  • Demander à l’usager de décliner ses nom et prénom et sa date de naissance.
  • Demander à un accompagnateur au besoin d’identifier l’usager ou demander la carte d’assurance maladie.
  • Informer l’usager de la procédure qui sera utilisée.
  • Obtenir le consentement de l’usager.
  • Installer l’usager adéquatement
  • Prévoir les complications possibles telles que faiblesse ou évanouissement : exiger que l’usager soit allongé si jugé nécessaire ou prudent avant de procéder au prélèvement.
  • Sécuriser et rassurer l’usager au besoin, observer les signes d’inconfort (discours, nausées, pâleur, etc.).
  • Appuyer le bras de l’usager de manière stable et confortable pour lui et pour vous.
  • Respecter si possible les demandes de l’usager quant au site où la ponction sera faite ou en discuter avec lui auparavant.
  • S’assurer que les exigences requises pour les analyses soient bien respectées.
  • Vérifier la disponibilité de l’usager pour la durée d’un test fonctionnel.

 

La ponction veineuse

  • Respecter les consignes de prévention des infections et les précautions d’isolement ou autres directives s’il y a lieu.
  • Le port des gants est exigé pour tout prélèvement sanguin.
  • Les gants agissent comme barrière pour protéger le soignant lors d’un risque de contact avec les liquides de l’organisme.
  • Enlever les gants et les jeter entre chaque usager.
  • Désinfecter les mains entre chaque usager ou aux dix usagers en centre de prélèvement avec une mousse antiseptique sans silicone ou à l’eau et au savon.
  • Utiliser un tourniquet (garrot) sans latex à usage unique et le jeter après utilisation ou laver les tourniquets en fibre quotidiennement dans une eau savonneuse à 60º. Il est suggéré d’ajouter une solution contenant 10% d’eau de javel à l’eau de lavage (OPTMQ, 2006).
  • L’application du tourniquet ne doit pas se prolonger plus d’une minute.
  • Demander à l’usager de fermer la main sans forcer au besoin pour faciliter le choix du site de ponction.
  • Aseptiser la peau avec un tampon d’alcool 70%+gluconate-chlorexidine 2% dans un mouvement circulaire, du point d’introduction de l’aiguille vers l’extérieur.
  • Laisser sécher la peau sans souffler ni agiter la main (afin d’aseptiser le site de ponction, d’éviter l’hémolyse du spécimen ou de minimiser les douleurs au point de ponction). Minimum 30 secondes.
  • Si vous devez retoucher le site, l’aseptiser à nouveau.
  • L’hémoculture nécessite une double aseptisation.
  • Choisir le calibre de l’aiguille selon le site choisi pour le prélèvement.
  • L’aiguille 20G ou 21G permet un flot sanguin adéquat.
  • L’aiguille 22G est utilisée pour les veines plus difficiles à ponctionner, une aiguille de petit calibre peut causer l’hémolyse et/ou l’activation plaquettaire ou des facteurs de coagulation.
  • Le micro-perfuseur (papillon) 23G est utilisé seulement s’il est impossible d’utiliser une aiguille droite (réseau veineux délicat ou pédiatrie). Ce dispositif augmente les risques d’hémolyse.
  • Une nouvelle aiguille doit être utilisée pour chaque ponction. S’il y a échec de la ponction, changer l’aiguille ou le micro-perfuseur.
  • Fixer l’aiguille ou le dispositif micro-perfuseur au barillet.
  • Planifier l’ordre dans lequel les tubes seront prélevés.
  • Un tube de rejet doit être prélevé lorsqu’un micro-perfuseur (papillon) est utilisé et que le premier tube à prélever est destiné à la coagulation (tube bleu).
  • Préparer un des tubes dans le barillet sans perforer le bouchon.
  • Garder un point de repère visuel ou tactile sur le point précis où vous prévoyez percer la veine.
  • Décapsuler l’aiguille et diriger le biseau vers le haut.
  • Retenir les tissus et immobiliser la veine en exerçant une traction vers le bas, sous le point de ponction.
  • Garder un angle d’introduction de l’aiguille de tout au plus 15º à 30º.
  • Introduire l’aiguille sous la peau environ un centimètre précédant le point de ponction prévu pour rejoindre la veine, éviter les gestes brusques.
  • L’exécution de ces manœuvres vous permettra de retirer légèrement l’aiguille sous la peau si vous devez vous replacer. Ne jamais faire de mouvement latéral pour replacer une aiguille, répéter l’étape entièrement. Une recherche à l’aveugle avec l’aiguille endommagerait les tissus environnants et créerait de l’inconfort chez l’usager.
  • Maintenir le barillet en place en prenant appui sur le bras de l’usager, sans toutefois exercer de pression.
  • Stabiliser le barillet afin d’éviter tout déplacement lors de la perforation de la membrane et du retrait des tubes.
  • Pousser le tube jusqu’à ce que le sang s’écoule à l’intérieur.
  • Remplir les tubes suffisamment, ils sont conçus pour prélever un volume de sang déterminé
  • Respecter le rapport sang/additif.
  • Faire l’échange des tubes dans l’ordre.
  • Relâcher la tension du tourniquet dans les temps requis, soit après environ une minute ou dès que le prélèvement s’effectue sans difficulté afin d’éviter la stase veineuse. L’hémoconcentration peut affecter certaines analyses.
  • Remettre le garrot au besoin après deux minutes de repos.
  • Demander à l’usager de relâcher le poing s’il y a lieu.
  • Éviter que l’usager exerce des pressions avec le poing et/ou des mouvements répétitifs de fermeture et d’ouverture de la main. Le pompage peut causer l’hémoconcentration du spécimen et affecter certaines analyses.
  • Chez les personnes âgées ou les personnes ayant des veines sclérosées (chimiothérapie par exemple) il faut agir avec précaution sur la tension du garrot afin d’éviter une rupture de la veine.
  • Retirer le dernier tube du barillet pour éliminer la succion (tube sous vide) avant de retirer l’aiguille.
  • Retirer le tourniquet, retirer l’aiguille dans le même sens que l’introduction afin d’éviter d’endommager les tissus avec le bout pointu de l’aiguille lorsque le prélèvement est complété,
  • Ne pas recapuchonner l’aiguille, activer le dispositif sécuritaire.
  • Disposer l’aiguille souillée et le barillet dans un contenant pour objets piquants.
  • Recouvrir le site de ponction d’un tampon ouaté et d’un diachylon, exercez une pression sur le site ou demander à l’usager d’exercer une pression durant 1 à 2 minutes pour éviter un saignement ou la formation d’une ecchymose; 5 minutes si l’usager est anti-coagulé (faire plier le bras entraîne la formation d’ecchymose).
  • Retourner les tubes 8 à 10 fois pour tous les tubes exceptés le tube bleu qui ne doit pas être inversé plus de 4 fois.
  • Jeter le reste du matériel souillé adéquatement dans les contenants appropriés.
  • Déposer les tubes à la verticale dans un support et selon les exigences de conservation si requises.
  • Chaque tube est identifié selon le système de double identification.
  • Acheminer les prélèvements au laboratoire dans les délais prescrits et dans les conditions de préservation requises.
  • Après deux ou trois tentatives infructueuses pour trouver une veine ou pour effectuer le prélèvement, demander l’aide d’un autre professionnel habilité.
  • Toutes ces étapes sont des facteurs d’influence liés à l’intégrité des échantillons et peuvent engendrer des résultats erronés.

 

Choix du site de ponction

  • Le pli du coude est généralement l’endroit où les veines sont le plus accessibles pour prélever des échantillons de sang. Les veines de l’avant-bras sont ensuite privilégiées puis les veines plus superficielles du dos de la main. On évitera les petites veines sous le poignet. Chez les usagers hospitalisés, les veines du dessus du pied ou de la cheville peuvent être utilisées sans garrot (pour les technologistes: après avoir obtenu l’autorisation signée du médecin).
  • Demander à l’usager de fermer la main pour provoquer un retour veineux qui sera retenu par l’action du garrot pour vous aider à repérer une veine plus proéminente.  (Demander à l’usager d’ouvrir la main dès que la ponction est en cours) Retourner le poignet ou déplacer le bras peut être profitable.
  • Palper franchement (ne pas effleurer uniquement) les veines avec le majeur ou l’index pour en déterminer le calibre et le parcours. Un nerf ou un tendon sont durs au toucher et non élastiques.
  • Repérer une pulsation afin d’éviter l’artère brachiale si la veine choisie en est rapprochée.
  • Éviter un membre porteur d’une fistule (communication chirurgicale entre une veine et une artère) ou d’un cathéter veineux central ou une perfusion intraveineuse (précautions spécifiques).
  • Éviter de piquer dans une cicatrice, un hématome, une blessure, une veine endommagée ou un membre paralysé.
  • Éviter un membre affecté ou soupçonné de thrombophlébite ou œdématié.
  • Éviter le bras du côté d’une mastectomie (risque de lymphœdème ou risque d’infection aggravé par une résection ganglionnaire).  Si le prélèvement ne peut être effectué sur l’autre bras, effectuer le prélèvement sans garrot du côté de la mastectomie.
  • Éviter les membres inférieurs (risque de thrombophlébite).
  • Lors de prélèvements répétés, commencer à l’extrémité distale de la veine de façon à la protéger pour les ponctions subséquentes qui seront faites plus haut sur celle-ci.
  • Éviter d’utiliser le bras avec une perfusion intraveineuse pour ne pas diluer l’échantillon de sang. S’il n’y a pas d’autre site disponible:
    • Noter cette indication dans la requête du prélèvement.
    • Choisir une autre veine en amont de la perfusion (en dessous de la perfusion).

Il n’est pas recommandé de faire des prélèvements à partir d’un dispositif intraveineux tel qu’une ligne intraveineuse de soluté, un cathéter intraveineux intermittent, un cathéter veineux central. Cela pourrait endommager le dispositif et génère un risque de fausser les résultats.

  • Chez l’enfant et le nourrisson, les sites privilégiés sont mêmes que chez l’adulte.

 

Pédiatrie

  • Utiliser du matériel pédiatrique.
  • Demander de l’aide pour s’assurer d’immobiliser le bras afin de prévenir des mouvements brusques qui pourraient causer des blessures.
    Le laboratoire doit préciser le volume de sang maximal de sang qui peut être prélevé chez un usager pédiatrique en fonction de son poids par ponction et/ou par période déterminée. Les professionnels doivent coordonner les demandes de prélèvements sanguins afin de réduire au minimum le risque d’anémie iatrogène chez cette clientèle.
    Le volume de sang chez les enfants est d’environ 75 à 80 ml/kg (plus élevé chez le nouveau-né)
  • Utiliser des tampons d’alcool 70% seulement pour les jeunes enfants, afin de ne pas provoquer d’irritation ou de brûlure avec les tampons de Chlorexidine

 

Volume maximum de sang pouvant être prélevé par période

 

POIDS

(lbs)

 

POIDS

 (kg)

 

VOLUME MAXIMAL par prélèvement (mL)

 

VOLUME MAXIMAL POUR 24 HEURES en mL

 

 

VOLUME MAXIMAL par 8 SEMAINES en mL

 

6 à 82.7 à 3.62.5

10

20
8 à 103.6 à 4.53.51427
11 à 154.5 à 6.851734
16 à 207.3 à 9.1102755
21 à 259.5 à 11.4103570
26 à 3011.8 à 13.6104488
31 à 3514.1 à 15.91052104
36 à 4016.4 à 18.21062124
41 à 4518.6 à 20.52070140
46 à 5020.9 à 22.72078156
51 à 5523.2 à 25.02087174
56 à 6025.5 à 27.32096192
61 à 6527.7 à 29.525104208
66 à 7030.0 à 31.830112224
71 à 7532.3 à 34.130121242
76 à 8034.5 à 36.430129258
81 à 8536.8 à 38.630138276
86 à 9039.1 à 40.930147394
91 à 9541.4 à 43.230155310
96 à 10043.6 à 45.530164328

 

Références

CPR-PON-001 PRÉLÈVEMENTS VEINEUX